Derniers sujets
Yo petites improsVen 16 Nov - 14:05fabinosto
bebopJeu 15 Nov - 21:12pat
Simon peter kingMar 13 Nov - 19:41pat
Playback Novembre 2018Dim 11 Nov - 20:14patb
ExperienceDim 11 Nov - 18:49SpeeRoo
Playback Novembre 2018
Jeu 1 Nov - 13:37Joel Mariette
Ce mois çi un playback patituccien.
enjoy
Fichiers joints
09 Sixteenths.mp3
Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.
(4.3 Mo) Téléchargé 22 fois
Patou.pdf
Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.
(441 Ko) Téléchargé 23 fois

Partagez
Aller en bas
avatar
Padawan
Masculin
Nombre de messages : 87
Age : 21
Localisation : Caen
Points : 101
Date d'inscription : 29/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur

L'accordage en quintes (petite analyse)

le Sam 3 Nov - 20:32
Salut à tous,

Cela fait quelques années que je suis accordé en quintes (CGDA) et du fait de la rareté de cet accordage, je suis plus ou moins obligé de constamment réinventer la roue à chaque fois que je dois bosser quelque chose... forcément ça ralentit le schmilblick mais l'avantage c'est que ça me fait découvrir pleins de trucs dessus Very Happy . Au fur et à mesure je me créé mes propres "outils" et je découvre des méthodes peu orthodoxes et franchement intéressantes que je pourrai vous partager ici si cela vous intéresse. Vu que cette bizarrerie qu'est l'accordage en quintes (Jannick Top, Philippe Bussonnet et... c'est à peu près tout) est très sûrement assez étrangère à vos doigts, je me propose de vous en expliquer les rudiments ici, en espérant que ça vous inspire, quelque soit votre accordage ^^.


Tout d'abord, en quintes, on obtient C-G-D-A du plus grave au plus aigu. On obtient donc un ambitus plus large qu'en 5 cordes... avec 4. J'utilise des cordes d'addario 145-100 (ou 95) - 60 - 40. Naturellement, la 145 implique d'ajuster le sillet, ça se fait facilement avec une lime ou un petit couteau mais ce n'est pas à négliger. Le tirant 145 (ou 140) pour la corde de C est assez important : bien que les B graves, sur 5 cordes, aient souvent un tirant plus petit, l'usage en est complètement différent puisque, ici, il n'y a pas d'autres cordes que la corde de C pour jouer le E grave, il faut donc que la corde de C soit suffisamment tendue pour que le E grave à la quatrième case soit suffisamment ferme pour pouvoir occuper le rôle sonore du E à vide (là où le E à la cinquième case la corde de B a tendance à sonner mou ou pâteux sur 5 cordes).

Maintenant que la basse est accordée, un premier exemple : la gamme de C majeure.



Premier constat : ça pique.
Pour traverser la gamme, il faut traverser cinq cases sur 2 cordes avec quatre notes par corde ce qui fait des doigtés quelque peu injouables : pas question de se baser sur une position pareille ! On pourra noter qu'une telle construction met bien en évidence la séparation de la gamme en deux tétracordes identiques (séparer les gammes en tétracordes se révélera très utile dans cet accordage).
Une solution est alors de penser en gammes brisées avec trois notes par cordes sur trois ou quatre cases, comme ceci :



De tels doigtés sont beaucoup plus jouables. Il ressort alors deux choses :

    - Pour jouer des notes resserrées, il faut jouer "horizontal" ce qui force à démancher et à sans cesse changer de position (de toute façon, cet accordage n'incite pas à rester statique).
    - Jouer "vertical" incite, quant à lui, à utiliser plusieurs registres à la fois : sur une même position on peut atteindre des notes réparties sur 2 octaves (!), ce qui peut aboutir à un jeu intéressant exploitant la répartition notes graves/notes aiguës.

Intéressons--nous désormais aux accords et arpèges :



Ce qui est alors très intéressant, c'est que les accords et arpèges, même complexes, deviennent très simples à jouer ! Les doigtés sont très naturels (et je n'ai pas listé ici les inversions). Les doigtés de sixtes, septièmes, dixièmes, neuvièmes et onzièmes deviennent simples comme bonjour, le tout en trois cordes ou moins ! Chaque corde devient comme un registre à part entière : on en vient à un jeu quasi-polyphonique.


Je n'ai fait ici que gratter la surface, je pourrai vous exprimer plus tard des réflexions plus profondes sur cet accordage qui cache une certaine richesse derrière son austérité. J'espère que ce début d'exposé vous aura plu Very Happy.
avatar
skywalker
Masculin
Nombre de messages : 640
Age : 56
Localisation : Charente Maritime
Emploi/loisirs : Cadre Commercial Chimie
Humeur : Un Chien Vaut Mieux Que Deux Kilos De Rats
Points : 800
Date d'inscription : 22/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: L'accordage en quintes (petite analyse)

le Sam 3 Nov - 21:35
Tres intéressant ! Mais on en a parlé quelques fois ensemble ! Very Happy
c'est vrai que ça fait envie, mais quel boulot ! Very Happy
c'est encore un nouvel instrument en fait !
En tout cas aucun doute sur l'efficacité de cet accordage, et sur les nouvelles possibilités qu'il offre
c'est juste un autre instru .... quand j'aurai plus de temps ... va savoir Very Happy

Hors Sujet : J'ai eu le plaisir d'avoir la visite de Hugo et sa Maman dans mon "antre"
On a branché sa basse, Il a jeté un coup d'œil aux miennes, puis on s'est fait un petit grignoti, tres sympa, tu (vous) repasses(z) évidement quand VoulVoul !
Biz ! Smile

avatar
Obiwan
Masculin
Nombre de messages : 5132
Age : 54
Localisation : sud parisien
Emploi/loisirs : le verre / zique/ moto / voiture/ jardin
Humeur : un ours avec un pot de miel
Points : 7475
Date d'inscription : 18/09/2008
Voir le profil de l'utilisateur

Re: L'accordage en quintes (petite analyse)

le Sam 3 Nov - 21:53
je viens de regarder vite fait , sans me désaccorder , il faut visiblement apprendre une nouvelle façon de voir le manche /notes/gammes etc...

ça ne tire pas sur les doigts ?

pour le jeu " horizontal " , l'accordage standard est bien aussi , c'est pas le long fleuve tranquille Laughing
avatar
Padawan
Masculin
Nombre de messages : 87
Age : 21
Localisation : Caen
Points : 101
Date d'inscription : 29/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur

Re: L'accordage en quintes (petite analyse)

le Dim 4 Nov - 12:34
Ce fut un plaisir de te voir, Spee Very Happy !

Pat : effectivement, il faut complètement revoir sa façon d'approcher les gammes, accords et arpèges ! Avec une bonne approche, ça ne tire pas forcément trop sur les doigts mais vaut mieux travailler sa "position ouverte" et ça fait vraiment bosser tous les doigts (l'approche à trois doigts seulement n'est plus trop possible ici) !

Ça m’amène à la suite de mon "exposé" : quelques techniques pour traverser les gammes.

Vu que les doigtés pour jouer consécutivement toutes les notes contiguës d'une gamme sont horribles (bien que ça puisse être jouable dans les aigus, où les cases sont petites), il est nécessaire d'adopter une approche plus pragmatique. Il devient alors assez naturel d'utiliser des doigtés simplifiés qui font traverser les degrés I-II-III-V-VI-VII (basé sur les positions d'arpèges), comme ceci :



(Je n'ai détaillé ici que sur deux cordes, par commodité, je développerai les possibilités "verticales" plus tard vu que je décris plus ici l'approche "horizontale".)

Il apparaît alors une chose : cet accordage incite énormément à démancher sans arrêt puisque, rien que pour user de toutes les notes de la gamme, il faut sauter entre les positions de C, de D ou de B.
avatar
Padawan
Masculin
Nombre de messages : 87
Age : 21
Localisation : Caen
Points : 101
Date d'inscription : 29/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur

Re: L'accordage en quintes (petite analyse)

le Dim 4 Nov - 15:17
Essayons maintenant d'explorer un peu plus la gamme dans sa "verticalité" : nous avons pu voir, pour chaque degré de la gamme, une position simplifiée à six notes dont les doigtés sont assez simples. À partir de ces positions nous pouvons extraire une sorte de "travail de zone" : voici un petit récapitulatif exposant comment chacune de ces positions peut servir pour "encercler" une même note...



Nous pouvons alors voir que, pour traverser une même gamme, il faut alors traverser (et maîtriser) une multitude de petites micro-positions  : une pour chaque degré de la gamme, de sorte à pouvoir retrouver des réflexes peu importe là où nos doigts se situent.
avatar
Yoda
Masculin
Nombre de messages : 5345
Age : 60
Localisation : Caen
Emploi/loisirs : Musicien/prof de basse/amateur de technologie en tout genre
Humeur : synergique
Points : 8837
Date d'inscription : 25/08/2008
Voir le profil de l'utilisateurhttp://joelmariette.weebly.com/

Re: L'accordage en quintes (petite analyse)

le Lun 5 Nov - 9:08
cool , la rencontre, j’espère que vous avez pas dit du mal de moi.
Et beau travail.

_________________
http://joelmariette.weebly.com/


Contact cours bassline@orange.fr

La basse.
Du bois, du métal et du coeur.
avatar
Padawan
Masculin
Nombre de messages : 87
Age : 21
Localisation : Caen
Points : 101
Date d'inscription : 29/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur

Re: L'accordage en quintes (petite analyse)

le Lun 5 Nov - 20:02
Non, ça va, on n'a pas médit à ton sujet X).

J'écris ces trucs non seulement à titre informatif, au cas où d'autres voudraient s'essayer à cet accordage et rechercheraient quelques astuces, mais aussi pour que tu puisse mieux comprendre (pour les cours) comment cet accordage bizarre me fait penser l'instrument Smile

Pour poursuivre mon exposé/ma méthode sur l'accordage en quintes, explorons un peu plus l'approche "verticale".

Voici le doigté complet, à quatre notes par cordes et sur les quatre cordes, du F lydien (afin d'encadrer les doigtés du C majeur) :



On notera que les doigtés mettent bien en évidence les enchaînement de quatre tétracordes que l'on peut prendre par paires pour obtenir, sur une même position, trois gammes : la gamme de F lydien, de C ionien et de G mixolydien.

Du fait de l'accordage, dans l'ordre des cordes contiguës montantes nous trouvons respectivement la fondamentale, la quinte, la neuvième et la treizième, ce qui fait que les doigtés des deux dernière cordes de la position complète de F nous donne en réalité les doigtés complets du mode consécutif à celui de F : celui de G, que l'on peut naturellement reproduire  à n'importe quelle position de G.

Quand on combine le travail de zone par positions simplifiées (vu précédemment) et cette façon d'imbriquer les modes entre eux, on peut traverser aisément toute la gamme à travers la totalité du manche.


On peut également combiner cet approche avec les doigtés d'arpèges et on obtient ce genre de positions très singulières :




Ces positions permettent de répartir tous les degrés de chacune des gammes sur deux octaves par empilement de tierces, les notes étant réparties comme ceci :



Cette façon de jouer les gammes permet de les traverser très rapidement de manière arpégée avec des doigtés étonnamment naturels ; le mode dorien consiste alors en le même doigté répété quatre fois : confondant de simplicité !
Contenu sponsorisé

Re: L'accordage en quintes (petite analyse)

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum